Le « fait-maison » un art mis en valeur

Le fait maison est un terme juridiquement encadré depuis juillet 2014.

Ce label sans véritable contrôle cherche à responsabiliser les acteurs de la restauration.

Alors que l’Unesco récompensait la France avec son Repas Gastronomique inscrit au patrimoine mondial en 2010, des scandales alimentaires éclataient ça et là, nous ne savions plus réellement ce que nous mangions. Au même titre que le renforcement de la traçabilité des produits l’Etat  a voulu améliorer la transparence sur l’offre de restauration hors domicile. Quel savoir faire est déployé et à quel prix. La mention du fait maison est arrivée avec force pour défendre le savoir faire des cuisiniers indépendants et soucieux du plat servi !

Le « fait-maison » – le label qualité

En écho au secteur industrie-agroalimentaire cherchant à s’emparer du secteur de la restauration à domicile, livré et hors domicile, parfois vendus comme des spécialités alors que le chef en cuisine ouvre le sachet et le fait chauffer au micro-onde le fait maison est apparu.

Cette mention « fait maison » est encadrée par le décret  n° 2015-505 du 6 mai 2015  qui valorise les plats cuisinés entièrement sur place à partir de produits bruts ou de produits traditionnels de cuisine. Les plats « faits maison » seront mis en valeur sur les cartes, les menus et les autres supports d’information à l’aide d’une mention ou d’un logo défini par arrêté du ministre du commerce.

Le « fait-maison » – pour tous les professionnels de la restauration

Il concerne tant les établissements de restauration traditionnelle que les chaînes, les traiteurs vendant directement sur les marchés, dans leur boutique, sur des foires ou en plein air.

 

 

« I. – Un produit brut, au sens du deuxième alinéa de l’article L. 121-82-1, est un produit alimentaire cru ne contenant, notamment à l’occasion de son conditionnement ou du procédé utilisé pour sa conservation, aucun assemblage avec d’autre produit alimentaire excepté le sel. »

 

« Les produits que le consommateur ne s’attend pas à voir réaliser par le restaurateur lui-même :« – les salaisons, saurisseries et charcuteries, à l’exception des terrines et des pâtés ;
« – les fromages, les matières grasses alimentaires, la crème fraîche et le lait ;
« – le pain, les farines et les biscuits secs ;
« – les légumes et fruits secs et confits ;
« – les pâtes et les céréales ;
« – la levure, le sucre et la gélatine ;
« – les condiments, épices, aromates, concentrés, le chocolat, le café, les tisanes, thés et infusions ;
« – les sirops, vins, alcools et liqueurs.

« Pour des raisons de sécurité sanitaire, les produits suivants :

« – la choucroute crue et les abats blanchis ;
« – sous réserve d’en informer par écrit le consommateur, les fonds blancs, bruns et fumets et la demi-glace. »

 

 

En identifiant sur les cartes, les menus les plats préparés sur place en cuisine à base d’aliments crus c’est le savoir faire du cuisinier qui est mis en valeur.

 

Vous aimez vous aussi le fait-maison, alors bienvenue sur le site de l’Assiette Libre et partagez votre savoir faire culinaire.

economie.gouv.fr Détails sur le fait maison

 

Et vous quelles sont vos recettes et ou astuces ?

Publiez votre plat, transmettez, participez ….

 


×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?

 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up