On est tous confrontés à des situations où on se demande d’une manière ou d’une autre : comment en est-on arrivé là ? Que se soit un problème avec son voisin, son bailleur, l’Etat ou le climat. On a encore la force de s’indigner face à des observations nous paraissant manquer d’humanité.

Que se soit par la réforme des retraites, le niveau de vie des plus faibles, l’utilisation de l’information dans les médias, notre façon d’échanger ensemble au quotidien, dans le travail et dans les relations commerciales, les moyens employés divergent mais le résultat est bien là, des décisions prises ou des messages véhiculés par les uns agissent sur les autres par un manque cruel d’humanité.

C’est quoi l’humanité ?

Définissons ce terme humanité :

  • Premier sens : Genre humain. Synonyme d’Homo sapiens elle définit l’ensemble des êtres humains.,Traduction anglais : humanity
  • Deuxième sens : L’unité d’un groupe d’humains au sens moral. Pouvant mettre en lumière ceux qui n’appartiennent pas à cette unité, par la connaissance et l’évaluation de normes sur des sujets tels que le patrimoine génétique, le partage d’une rationalité idéologique, le rapport à l’existence, la reconnaissance mutuelle.
  • Troisième sens : Prescription proprement comportementale, modèle existant ou vers laquelle tend notre espèce. Cette définition exprime son sens lorsque les actes réalisés par les genres sont relevés comme manquant d’humanité, ou encore qualifiés d’« inhumains »

Sources Wikipédia, l’Internaute.

La naissance de l’humanité dans nos textes – La charte de l’environnement de 2004

Nous pourrions éplucher nos textes en vigueur afin de trouver où se logent ces idées d’humanité, nous commencerions par :

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 le mot « humanité » n’apparaît pas. Le mot « homme » apparaît 11 fois, le mot « femme » n’apparait nulle part.

Puis, le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 le mot « femme » est présent une fois à l’article 3 « La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme. » Le mot « homme » 4 fois et le mot humanité n’est pas présent.

Le mot « humanité » n’est pas présent non plus dans la Constitution du 4 octobre 1958. Le mot « homme » est présent deux fois et le mot « femme » une fois.

Enfin, il faut attendre le texte de 2004 nommé Charte de l’environnement pour voir apparaître le mot humanité et cela à deux reprises. La charte se résume à cinq articles.

« Le peuple français, Considérant : Que les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ; Que l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de son milieu naturel ; Que l’environnement est le patrimoine commun des êtres humains ; Que l’homme exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et sur sa propre évolution ; Que la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ; Que la préservation de l’environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation …. lire ici

Depuis il y a eu les Grenelles de l’environnement… et le rapport de la Cour des comptes sur les pesticides qui feront l’objet d’un autre article.


×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?

 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up