Qu’est-ce que la famille ?

La famille Selon l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques, L’INSEE définit aujourd’hui la famille comme une partie d’un ménage composé de deux personnes constituées

  • soit d’un couple avec le cas échéant son ou ses enfant(s) appartenant au même ménage
  • soit d’un adulte avec son ou ses enfant(s) appartenant au même ménage (famille monoparentale).

Pour qu’une personne soit enfant d’une famille, elle doit être célibataire et ne pas avoir de conjoint ou d’enfant faisant partie du même ménage. Un ménage peut comprendre zéro, une ou plusieurs familles.

Selon Friedrich Engels (1820 Barmen – 1895 Londres) Famulus indique « esclave domestique » et Familia celui de l’ensemble des esclaves qui appartiennent à un homme. Les Romains avaient inventé ce terme afin de nommer cette organisation sociale et autoritaire de puissance suprême allant du droit de vie à celui de mort du père sur la femme, les enfants et un nombre déterminé d’esclaves.

De la puissance suprême du père à celle de la solidarité. Nous voudrions penser que nous sommes passé de la notion de toute puissance à celle de solidarité et de bienveillance.

D’où la notion de solidarité familiale. Il existe différents type de famille, les deux principaux sont :

La famille nucléaire qui est le modèle le plus répandu en occident, c’est le couple qui constitue principalement cette famille sur des notions de communauté matérielle et affective sans distinction d’appartenance sexuelles.

La famille élargie induit un regroupement de personnes sous le même toit en plus de la famille nucléaire. Il peut s’agir d’oncle, de tante, de grand-parent…

Quel est le cadre juridique de la famille ?

La notion de famille est encadrée juridiquement par le code civil et pénal. L’article 203 du Code civil et sanctionné pénalement à l’article 227-15 du Code pénal  donne le son légal de lobligation alimentaire entre les parents et les enfants. Il existe au niveau gouvernemental le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’âge.

HCFEA composé de 70 membres, à égale répartition homme-femme. Il est en rapport avec l’Union nationale des associations familialesIl a organisé en 2015 un colloque sur les ruptures familiales : « Les ruptures familiales : affaire publique, affaire privée ? » Il intervient sur des questions diverses et variées et notamment ses travaux étaient :

  • Conseil de la famille : « Voies de réforme des congés parentaux dans une stratégie globale d’accueil de la petite enfance », février 2019
  • Commission bientraitance HCFEA-CNCPH : « Note d’orientation pour une action globale d’appui à la bientraitance dans l’aide à l’autonomie », janvier 2019
  • Conseil de l’âge : « Le soutien à l’autonomie des personnes âgées à l’horizon 2030 », novembre 2018
  • Conseil de l’âge : « Contribution du Conseil de l’âge à la concertation Grand Age et autonomie »,  décembre 2018
  • Conseil de l’enfance et de l’adolescence : « Accueillir et scolariser les enfants en situation de handicap, de la naissance à 6 ans et accompagner leur famille », juillet 2018
  • Conseil de la famille : « Lutter contre la pauvreté des familles et des enfants », juin 20188
  • Haut Conseil de la famille : « Les ruptures familiales. Etat des lieux et propositions » avril 2014″9
  • Haut Conseil de la famille : « Familles et logement » mai 201210

 Quelle est l’évolution de la famille ?

On s’interroge alors sur les pensions alimentaires aux parents séparés, sur la baisse de niveau de vie après la rupture : « quelles sont le aides publiques pour les parents séparés, comment améliorer leur situation »… mais peut-on simplement s’interroger sur les aides pour éviter ces ruptures familiales, sur les causes et les conséquences sur le long terme ?  L’homme et la femme ont ils trouvé leur place dans la nouvelle définition de la famille ?

Les principales victimes ne sont-elles pas les enfants dépendants des conséquences d’un manque de prise en compte de ces évolutions sociales au quotidien ?

L’évolution du rôle de la femme dans la société a redessiné la notion de famille, les textes et les aides n’ont pas réussi à suivre cette évolution laissant les familles en perte de repère entre vivre en toute indépendance et liberté d’une vie sans notion de famille et celle au contraire de veiller à garder la notion de clan, de valeurs et de partage.

Le repas de famille reste un repère indéniable. 

 

Sources : wikidpédia, INSEE, gouvernement.fr, HCFEA


×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?

 
×
FORGOT YOUR DETAILS?
×

Go up